Jodo - Histoire et techniques

Kihon sotaï

15 mai 2014

Exercice le plus nécessaire et bénéfique de toute la pratique du Jodô. Elle permet d’une façon répétitive de tester et d’améliorer dans des conditions optimales les points suivants :

  • l’efficacité des kihon,
  • la pratique du Ma-aï
  • la pratique du Ri-aï
  • l’endurance physique du pratiquant.

Ce dernier point est important. Le fait que le Jodô ne comporte aucun aspect compétitif résulte trop souvent en une technique qui sacrifie l’efficacité et la puissance à l’esthétique.

Quatre points importants doivent être compris très tôt dans la pratique des Kihons sotaï :

  1. Certaines cibles et certains angles diffèrent de ceux qui ont été stipulés dans les Kihons Tandoku.
  2. Pour que l’exercice soit efficace, il faut qu’il soit exècuté sur une certaine distance. Pour ce faire, certaines lois du Ma-aï et du Ri-aï ont été transgressées. Par exemple la coupe du Maki Otoshi aboutit sur le Jo et non sur la tête de l’adversaire comme ce serait le cas dans un kata. Certains pas sont exagérément petits ou grands pour permettre une répétition harmonieuse du mouvement sans qu’il y ait de coupures pour réajuster la distance.
  3. Par le simple fait qu’ils soient répétitifs, ces Kihons ne peuvent pas contenir les notions combatives ou tout simplement logiques qui existent dans les kata. Dans certains Kihon, il vous est demandé de prendre des Kamae qui vous exposent complètement à une attaque du sabre. Il faut bien comprendre que la pratique des Kihon favorise plus l’acquisition d’une certaine habileté technique que la transmission de notion de combat.
  4. Finalement, le coté Uchidachi (bokken) doit se concentrer tout spécialement sur une exécution correcte et pas trop rapide de tous les mouvements, car la moindre erreur de sa part aura des conséquences techniques désastreuses sur le coté Shidachi (Jo) . En effet, une trop grande pression de la part du sabre aura pour résultat immédiat, du coté du Jo, une technique escamotée, imprécise et, surtout incorrecte. La pression sera bien assez grande dans les kata.

(extrait du livre de Pascal Krieger « Jodô la voie du bâton »)

Aïkido, iaïdo, jodo, respiration et étirements sur Tours et son agglomération.