L’École du Budo

Les disciplines

9 mai 2014

Aïkido

L’Aïkido est un mode de vie, une voie sans violence ni force. On peut dire que l’idée d’avoir à apprendre, à acquérir, est fausse. On n’avance pas en apprenant mais en perdant. En perdant, en se débarrassant de ses peurs, de ses blocages, de ses préjugés.

Une définition

Le mot AIKIDO est composé de 3 syllabes :
AÏ : comme union, harmonie, amour (s’unir avec un partenaire dans une forme d’attaque)
KI : comme énergie, vie, souffle (développer et libérer l’énergie de son propre corps)
DO : comme chemin, direction, voie (étudier et montrer la voie, la bonne direction)
L’Aïkido peut se résumer par : la voie de l’harmonie des énergies.

Ce qu’enseigne l’aïkido

  • L’Aïkido enseigne la non-violence :

L’Aïkido ne propose pas de détruire l’attaquant. Il est beaucoup plus juste de défaite l’esprit de l’ennemi en lui faisant comprendre la folie de ses actes pour qu’il abandonne volontairement ses attaques et qu’il le fasse avec plaisir.

On dit que l’atemi sert à fermer la fenêtre de l’esprit de l’adversaire.

L’important n’est pas de dominer l’autre, mais d’apprendre à se dominer soi-même.

On dit qu’une technique est réussie quand on peut se maîtriser et maîtriser l’autre.

  • L’Aïkido enseigne la non-résistance :

Il faut ne faire qu’un avec son adversaire. Il ne faut pas que se soit deux forces qui s’opposent mais une force qui absorbe l’autre en la retournant contre elle et ceci sans force.

Iaïdo

Le IAIDO n’est pas un art de guerre, son but n’est jamais l’agressivité, il est une véritable école de formation tant morale que physique, il est en réalité un art de paix.

PNG - 18 ko
Iaïdo

Le Iaido (l’art de dégainer le sabre Japonais et de couper dans un même mouvement), le Kenjutsu (l’art du combat au sabre Japonais lorsque le sabre est déjà sorti du fourreau) et l’Aikiken (techniques de sabre Japonais en lien avec les techniques d’Aïkido) sont tous issus des techniques ancestrales de sabre des samuraïs.

Ces disciplines permettent le travail de la concentration, de la respiration, l’assouplissement articulaire et l’entretien musculaire.

Elles allient tant le physique que le mental et peuvent être pratiquées par toutes et tous, quelque soient les capacités physiques initiales.

L’étude d’une école traditionnelle de Iaido liée à l’histoire du Japon

PNG - 11.9 ko
Muso Shinden Ryu

Le sens profond du Iaido ne peut se révéler que par la pratique d’une école traditionnelle historique (Koryu) où sont perpétués son esprit et son essence véritable.

C’est pourquoi, à l’École du Budo, vous pourrez étudier une école traditionnelle de Iaido (koryu), style Japonais historique et complet. L’école du Budo enseigne le Koryu ’’Muso Shinden Ryu’’ (Koryu crée vers 1533) qui forme un ensemble homogène et construit de plus de 40 Katas (kata = exercice réalisé par le pratiquant qui reproduit un scénario face à un ou plusieurs adversaires imaginaires).

L’étude du Kenjutsu et de l’Aikiken

Étudier uniquement les katas de Iaido priverait le pratiquant de la compréhension, physique et psychologique, de principes qui constituent l’essence de la pratique du sabre Japonais.

En effet, en travaillant uniquement les katas, le pratiquant ne peut pas étudier la réalité de la gestion des distances, du rythme et de la cohérence de ses mouvements. C’est pourquoi, la pratique du Kenjutsu et de l’Aikiken (travail des techniques avec partenaires), est également incluse dans l’enseignement assuré à l’École du Budo. (le travail avec partenaires se fait en toute sécurité en utilisant le bokken : ’’sabre en bois’’).

Bien que le travail des katas de Iaido soit particulièrement exigeant (travail sur soi), il faut éviter de s’enfermer dans un travail basé uniquement sur l’imaginaire (lors de l’exécution des katas de Iaido, le pratiquant imagine ses adversaires, c’est donc le pratiquant qui détermine seul la distance et le rythme).

Sans travail régulier avec un adversaire physiquement bien là, cela revient à vivre le Iaido comme une chorégraphie dénuée au final de tout lien avec le réalisme d’un adversaire bien vivant en face de soi. C’est pourtant ce travail avec partenaire qui oblige le pratiquant à tenir compte de ses mouvements, de sa distance et de son rythme et à s’adapter à la situation... sachant que pour s’adapter à l’autre, il faut également beaucoup travailler sur soi. D’où le travail des katas de Iaido, nécessaire... mais pas suffisant.

Jodo

L’intérêt du JODO réside dans l’acquisition de la maîtrise de soi par le contrôle du geste le plus économique, parce que le plus simple, le plus pur, le plus adapté et le plus efficace, pour contrer une agression.

Le JODO se pratique à deux. D’un côté le sabre en bois, de l’autre le bâton. Pratique exempte de compétition, elle est accessible à tous et ne requiert aucune condition physique particulière si ce n’est le désir de se développer soi-même. Le Jodo est riche d’enseignement : étiquette, puissance du souffle, coordination mentale, espace-temps, humilité...

L’apprentissage se fait par l’étude des gestes fondamentaux dans le maniement du bâton, dans le vide tout d’abord (Kihon Tandoku) puis face à un partenaire (Kihon Sotaï).

Vient ensuite le travail à deux, chacun des partenaires jouant à tour de rôle l’agresseur, et l’autre adaptant à l’attaque la réplique codifiée qui convient. La parfaite exécution des KATA est le reflet du niveau de connaissance du pratiquant.

Le Jodo à l’École du Budo

Au moyen des techniques de l’école Shindo Muso (kihon et kata), le corps est mis en avant.
Équilibre, centrage, respiration, pour amener un bien être physique et mental. Tout en développant l’art martial, le corps s’harmonise. Le Jodo est ouvert à tous, ados et adultes désirant rééquilibrer son corps et son mental en apprenant un art traditionnel et martial.

Respiration - Étirements

Placez votre texte ici

Aïkido, iaïdo, jodo, respiration et étirements sur Tours et son agglomération.